Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
Londres : travailleuses immigrées et syndicat (Angry Workers of the World)
Article mis en ligne le 8 mars 2020

https://angryworkersworld.wordpress.com/2020/02/09/women-and-the-union-a-factory-in-west-london/

Nous avons écrit cet article pour New Syndicalist, l’organe de nos camarades des IWW : https://newsyndicalist.org/2018/11/19/tmm3-women-the-factory-and-the-union/

Les femmes représentent environ 60 % des 800 travailleurs de mon usine. Ce sont toutes des immigrées – les plus âgées viennent principalement du Gujarat et du Sri Lanka, les plus jeunes d’Europe de l’Est. Dans les années 1970, 58 % de toutes les Indiennes du Royaume-Uni travaillaient dans l’industrie manufacturière. Ce pourcentage très important semble toujours valable dans ma banlieue, à l’ouest de Londres. Elles occupent l’échelon le plus bas du marché du travail mais en constituent l’épine dorsale. Leurs rémunérations tournent autour du salaire minimum, l’amplitude de leur journée de travail est élevée et leurs tâches sont dures.
Dans mon usine, qui prépare des plats cuisinés pour tous les grands supermarchés, les rôles sont pour la plupart strictement répartis entre les sexes. Les femmes travaillent seulement sur la chaîne, sauf si une machine doit être utilisée, auquel cas un homme occupera ce poste. Pour la faire fonctionner, il suffit généralement d’appuyer sur un bouton toutes les deux secondes, mais c’est toujours considéré comme un travail masculin. Les opérateurs sur machines gagnent un peu plus d’argent et les hommes occupent davantage de postes de chefs, apparemment pour deux raisons : ils parlent un tout petit peu mieux l’anglais ; et ils ont parfois de meilleures compétences en lecture et en écriture. Cela vient du fait qu’ils ont bénéficié d’un accès privilégié à l’école, ainsi qu’à des espaces sociaux où ils ont pu développer ces compétences.