Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
Antisémitisme de gauche : définition et fonctions politiques
Article mis en ligne le 11 novembre 2017
logo imprimer

PRESENTATION
De nombreux intellectuels de gauche ou d’extrême gauche considèrent que l’antisémitisme serait un fléau en voie de disparition . Alors pourquoi diable s’intéresser à « l’antisémitisme de gauche » ?

Pourtant, cet antisémitisme DE gauche, et pas simplement A gauche, existe depuis près de deux siècles. Il a pris différentes formes dont il faudrait à la fois retracer en détail l’histoire au sein du mouvement ouvrier, mais aussi souligner les continuités et les discontinuités jusqu’à l’antisémitisme mondialisé actuel.

L’antisémitisme planétaire, qui sévit aujourd’hui dans la grande communion émotionnelle et politique du cyberespace, d’Internet, fédère toutes les formes d’antisémitisme, du vieil antijudaïsme religieux chrétien et musulman jusqu’à l’antisémitisme racial, social, nationaliste, anticapitaliste et anti-impérialiste. Ces convergences permettent à des groupes et à des individus très différents politiquement, voire aux opinions totalement opposées, de communier dans la même haine (assumée ou pas, peu nous importe) : celle du Juif (ou d’Israël, ce qui d’un point de vue symbolique revient au même)…

Sans une telle vision d’ensemble de l’antisémitisme, et plus particulièrement de l’antisémitisme de gauche qui nous occupe aujourd’hui, il est impossible de comprendre :

– la portée de l’assassinat d’Ilan Halimi (délibérément réduit à un fait divers par la gauche et l’extrême gauche en 2006),

– la portée des meurtres commis par Merah en 2012, Nemmouche en 2014, Coulibaly et les frères Kouachi en 2015 (à propos desquels la gauche et l’extrême gauche ont surtout botté en touche et parlé des risques d’augmentation de.... « l’islamophobie »),

– mais aussi il est impossible de saisir le sens des alliances – a priori contre nature – entre l’extrême droite islamiste, les Identitaires de gauche comme le PIR, la mouvance autour du politicien raciste et fasciste Dieudonné et l’extrême gauche qui se dit « antisioniste ».

L’« antisémitisme de gauche » n’existe pas pour la plupart des militants ; qu’ils soient anarchistes, trotskistes, autonomes, « antifa », « ultragauches » ; qu’ils soutiennent la thèse de l’islamophobie, qu’ils soient partisans de la « décolonialité », etc., presque tous les militants d’extrême gauche nient l’existence non seulement de l’antisémitisme mais aussi, et encore plus farouchement, celle de l’antisémitisme de gauche – qui est pour eux un mythe inventé par les « sionistes », le Mossad et les néoconservateurs.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.11