Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
Harvey Weinstein, Dominique Strauss-Kahn et Tariq Ramadan : un « parallèle » absurde au sous-texte antisémite
Article mis en ligne le 10 novembre 2017
logo imprimer

Un certain nombre de « féministes musulmanes » ont écrit une tribune libre publiée dans Le Monde du 7/11/2017 sous le titre « Nous choisissons d’inverser la charge de la preuve et de croire la parole des femmes » . Dans ce texte elles déclarent « Le parallèle est pourtant aisé entre l’autorité d’un leader communautaire charismatique et celle d’un homme riche et puissant comme celle de Dominique Strauss-Kahn sur une femme de chambre ou de Harvey Weinstein sur les actrices des films qu’il produisait.  »

Ce parallèle est à la fois absurde et hypocrite : face aux violences supposées (1) de Tariq Ramadan contre des femmes il n’est nul besoin d’évoquer les actes avérés (ou supposés) de deux hommes de pouvoir au NOM juif mais dont nul ne connaît la pratique religieuse...

Si l’on veut établir un parallèle utile, il faudrait plutôt évoquer les violences sexuelles commises par des théologiens ou des intellectuels religieux catholiques, protestants, bouddhistes ou juifs. Ou des prêtres, des pasteurs, des moines ou des rabbins.

Mettre en parallèle les actes (réels ou supposés) d’un théologien musulman avec ceux d’individus au NOM juif relève de l’antisémitisme – conscient ou inconscient peu nous importe.

Nul ne connaît les pratiques religieuses des sieurs Strauss-Kahn et Weinstein. Personne n’a jamais lu les écrits théologiques de ces deux individus... pour la bonne raison qu’ils n’existent pas.

Le pouvoir d’un dirigeant politique et ex-directeur du FMI ou celui d’un producteur de cinéma sur les femmes qu’ils côtoient n’est pas un pouvoir qui repose sur la religion, l’éthique ou la morale. Et leur autorité ne relève pas de leur foi (réelle ou supposée) ni de leur appartenance à une communauté religieuse (réelle ou supposée).

Etablir un parallèle entre des « juifs » supposés et un théologien musulman relève clairement de l’amalgame antisémite, totalement banal aujourd’hui à gauche et à l’extrême gauche.
Y.C.
8/11/2017

1. Il est prudent, tant que Tariq Ramadan n’a pas été jugé, d’estimer que les violences dont il est accusé n’ont pas été encore prouvées – même s’il semble totalement invraisemblable que des femmes s’exposent à des torrents d’insultes, des menaces de mort et à de lourdes condamnations pour diffamation si elles n’ont pas été victimes de ce monsieur.

Il faut aussi souligner que l’extrême droite, les racistes antimusulmans et même une partie de la gauche gauloise laïco-républicaine utilisent le comportement supposé de Ramadan pour stigmatiser tous les hommes musulmans, ce qui relève de la manipulation et du racisme le plus abject surtout dans un pays où les violences contre les femmes sont aussi répandues et sont dans l’écrasante majorité des cas le fait d’hommes qui n’ont rien à voir avec l’islam.

Il serait facile aussi de reproduire de nombreuses citations tirées des écrits de Tariq Ramadan pour démontrer qu’il n’a jamais été partisan de l’égalité réelle des femmes (ce que ses amis de gauche ne lui ont jamais reproché) mais il me semble dangereux d’établir un lien mécanique de cause à effet entre ses conceptions réactionnaires et son comportement violent supposé.

La religion n’explique pas tout....




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.11