Parution du livre de Joao Bernardo : "Anticapitalisme. Anti... quoi ?"
Article mis en ligne le 5 janvier 2022

Dans cette série de six articles, l’auteur s’interroge sur le sens du terme « anticapitalisme ».

1. Le dictionnaire sans mots : Comment puis-je dire me définir aujourd’hui, sans provoquer la perplexité ou la nausée chez ceux avec qui je discute ? Quels mots me restent-ils ?

2. L’argent n’est pas le pouvoir : Plutôt que de prêter attention à la quantité d’argent que possèdent les riches, nous devrions nous intéresser au nombre de personnes qu’un capitaliste peut licencier.

3. Deux lieux communs de notre époque : Le capitalisme a mondialisé le monde. Existe-t-il un anticapitalisme qui puisse approfondir cette mondialisation et la développer en tant qu’humanité ?

4. Le système de la vache laitière : Ils appellent socialisme ce qui est en réalité un capitalisme dysfonctionnel.

5. Tout part en fumée : Quiconque pérore contre le marché et l’argent, croyant ainsi remettre en cause le capitalisme, ne réussit qu’à créer la confusion.

6. L’utopie d’une société transparente : Prétendre que l’argent obscurcit la société revient à prétendre que le langage obscurcit la réalité.

João Bernardo est l’auteur de nombreux ouvrages, inédits en français. Militant du Parti communiste portugais (1964-1966), puis d’un groupe maoïste (1966-1973), il fut exclu, pour raisons politiques, de toutes les universités de son pays, fit quelques séjours en prison, puis s’exila en France de 1968 à 1974. Pendant les années 1974-1975, il fut l’un des animateurs du journal libertaire Combate, dont l’essentiel était composé d’interviews de militants des commissions de travailleurs qui, à l’époque, occupaient les usines voire essayaient de les faire tourner eux-mêmes. Depuis, il a creusé le sillon d’un marxisme « hétérodoxe » et « libertaire », dont ces étiquettes rendent bien mal la richesse et l’intérêt.
Depuis 2002, un certain nombre de textes et d’interviews de João Bernardo ont été diffusés par le site et les Editions Vosstanie (Economie des processus révolutionnaires, 2021) ainsi que par la revue (et le site) Ni patrie ni frontières :

 Ils ne savaient pas encore qu’ils étaient fascistes, 2021 ;

 L’autre face du racisme, 2021 ;

 Contre l’écologie, 2017 ;

 Retour en Afrique : des révoltes d’esclaves au panafricanisme, 2018 ;

 La gauche identitaire contre la classe, avec des textes de João Bernardo, Loren Goldner et Adolph Reed Jr., 2016.

D’autres ouvrages suivront...

Prix : 6 euros