Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
logo article ou rubrique
Marx, la race et le néolibéralisme (2013)
Article mis en ligne le 10 août 2020

Une perspective marxiste peut être très utile pour comprendre les notions de race et de racisme. En effet, son point de vue dialectique permet d’envisager le capitalisme comme une totalité sociale. Celle-ci n’englobe pas seulement les modes de production et les rapports de production, elle inclut également l’ensemble des institutions et des idéologies qui facilitent et assurent sa reproduction ; institutions et idéologies qui évoluent elles-mêmes d’une manière relativement pragmatique. Dans ce cadre, la démystification est sans doute la catégorie marxiste la plus appropriée pour aborder les questions indissociables de la « race » et du « racisme » aux États-Unis. Ainsi, une approche inspirée du matérialisme historique devrait permettre de montrer que la « race » relève d’une idéologie historiquement déterminée. Elle soulignerait le fait que son émergence, sa formation et son évolution s’inscrivent dans un ensemble défini de rapports sociaux, au sein d’un système de production particulier dont elle est un élément constitutif.

La « race » implique une classification fondée sur le principe de la différence attributive . Elle relève donc d’une idéologie qui définit des groupes particuliers de populations et hiérarchise leur aptitude, leur valeur civique et leur mérite en fonction des caractéristiques « naturelles » ou essentielles qui leur sont attribuées. En plus de conforter l’ordre social, cette idéologie contribue à légitimer les hiérarchies et les inégalités en matière de richesse, de pouvoir et de privilège, y compris la division sociale du travail, comme si elles étaient dans l’ordre naturel des choses . En fait, les idéologies qui assignent une identité à un groupe donné sont des récits bien ficelés et relèvent du registre des prophéties auto-réalisatrices. Dès lors, le bon sens égoïste est érigé en savoir populaire. Sans hésitation, les récits idéologiques en rapport avec l’assignation sociale passent pour être vrais puisqu’ils semblent prouvés par l’expérience quotidienne. Généralement, ils ne tardent pas à passer pour des vérités évidentes en elles-mêmes, imposées comme telles par la loi, ou par la coutume, dès lors qu’elles servent et renforcent les intérêts des couches sociales qui détiennent le pouvoir.