Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
Antifascismes (1) : "Tenir la rue. L’autodéfense socialiste (1929-1938)"
Article mis en ligne le 26 février 2018
dernière modification le 14 mars 2018
logo imprimer

de Matthias Bouchenot (Libertalia, 2014)

A partir d’une analyse limitée dans le temps (neuf années) et dans l’espace (Paris pour la Fédération locale de la SFIO puis celle du PSOP ,) l’auteur nous fait découvrir les activités antifascistes de la Gauche socialiste de Marceau Pivert dans le Parti socialiste puis dans le PSOP : protection des meetings ; représailles systématiques contre des sièges et des permanences nationalistes en cas d’attaques fascistes particulièrement violentes ; protection de la vente de journaux et des collages d’affiches ; contre-manifestations, voire tentatives de dispersion des manifestations fascistes ; surveillance téléphonique des conversations des dirigeants ou des cadres d’extrême droite ; interception de courriers et de documents internes des groupes nationalistes ; établissements de fichiers sur les militants d’extrême droite, leurs réseaux et sur les commissaires de police nationalistes, fascisants ou fascistes ; entraînement aux sports de combat, au tir au pistolet et à la fronde, au maniement de la canne et de la matraque ; mobilisation d’estafettes motocyclistes, etc.

Les objectifs des antifascistes « soc’ dem’ » des années 1930 n’étaient donc pas simplement défensifs mais aussi offensifs. Même si les socialistes de gauche appartenaient à un parti dont la direction avait toujours privilégié « la concertation et la collaboration avec la préfecture de police de Paris » et qui « se gard[ait] de verser dans l’action armée clandestine ou paramilitaire », leurs pratiques étaient assez semblables à celles des « antifas » de 2018 qui défendent une ligne No platform, que l’on pourrait traduire « Pas de liberté d’expression pour les fascistes ». Partisans de « l’action directe de masse », : ils ne comptaient pas sur l’Etat pour interdire l’espace public aux fascistes, ni pour réclamer au gouvernement la dissolution de groupes qui se reforment très rapidement sous un autre nom. A l’époque, les antifascistes de la Gauche socialiste puis du PSOP ne faisaient pas confiance à la police ; ils refusaient de laisser les flics protéger les fascistes ; et ils étaient prêts à affronter les condés eux-mêmes dans certains cas.

P.S. :

* Articles de la même série

Antifascisme (6) Matthieu Gallandier et Sébastien Ibo : « Temps obscurs. Nationalisme et fascisme en France et en Europe »
http://npnf.eu/spip.php?article554&lang=fr

Antifascismes (5) : « L’antifascisme militant. Un siècle de résistance » de M. Testa (Militant antifascism. A hundred years of resistance)
http://npnf.eu/spip.php?article552&lang=fr

Antifascismes (4) : « Ces Allemands qui ont affronté Hitler », de Gilbert Badia
http://npnf.eu/spip.php?article551&lang=fr

Antifascismes (3) : « Antifacisme radical ? Sur la nature industrielle du fascisme » de Sebastian Cortés
http://npnf.eu/spip.php?article550&lang=fr

Antifascismes (2) : « L’antifascisme en France. De Mussolini à Le Pen » de Gilles Vergnon
http://npnf.eu/spip.php?article549&lang=fr

Antifascismes (1) : « Tenir la rue. L’autodéfense socialiste (1929-1938 » de Matthias Bouchenot
http://npnf.eu/spip.php?article548&lang=fr




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2