Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
Limites de l’antisionisme (3)
Article mis en ligne le 29 avril 2017
logo imprimer

Bêtisier sio­niste
« Quelqu’un qui a tou­jours cri­ti­qué Israël est un antisé­mite. » Elie Wiesel, entre­tien avec P. Amar le 1er février 2003 dans l’émission On aura tout lu

« Il faut se deman­der à qui pro­fite le crime. Je dén­once tous les actes visant des lieux de culte. Mais je crois que le gou­ver­ne­ment israélien et ses ser­vi­ces secrets ont intérêt à créer une cer­taine psy­chose, à faire croire qu’un climat antisé­mite s’est ins­tallé en France, pour mieux déto­urner les regards. » (José Bové, à son retour d’Israël en 2002)

« On a peine à ima­gi­ner qu’une nation de fugi­tifs, issus du peuple le plus long­temps persécuté (…) soit capa­ble de se trans­for­mer en deux géné­rations en peuple domi­na­teur et sûr de lui et, à l’excep­tion d’un admi­ra­ble mino­rité, en peuple mép­risant ayant satis­fac­tion à humi­lier ». « Dans les der­niers temps de la reconquête de la Cisjordanie, Tsahal s’est livré à des actes de pilla­ges, homi­ci­des exé­cutions où le peuple élu agit comme la race supéri­eure ». « Les juifs qui furent humi­liés, méprisés, persécutés, humi­lient, mép­risent, persé­cutent les pales­ti­niens. Les juifs qui furent vic­time d’un ordre impi­toya­ble impo­sent leur ordre impi­toya­ble aux pales­ti­niens. Les juifs qui furent vic­ti­mes de l’inhu­ma­nité mon­trent une ter­ri­ble inhu­ma­nité ».

(Le Monde, juin 2002, « Israël-Palestine : le cancer », tri­bune libre signée par Danièle Sallenave, Edgar Morin et Sami Naïr)

Cette rubri­que risque de deve­nir régulière vu les réactions néga­tives, voire vio­len­tes, qu’ont sus­citées les arti­cles dans les deux pre­miers numéros de Ni patrie ni fron­tières por­tant ce même titre et vu la façon dont les grou­pes dits d’extrême gauche trai­tent la ques­tion d’Israël.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.11