Bandeau
Ni patrie ni frontières !
Slogan du site
Descriptif du site
Un « warfare state » keynésien vide de substance. L’évolution de la démocratie américaine d’hier à aujourd’hui (2003)

Certains historiens, et notamment W.J. Cash dans son classique The Mind of the South (1941), ont défini les Etats-Unis comme une démocratie fondée sur un peuple de seigneurs (Herrenvolk democracy). Ce terme me semble approprié pour les trois cent cinquante ans d’histoire américaine qui précèdent les années 1960-70 : il s’agissait d’une démocratie (bourgeoise) à l’usage des Blancs. D’autres auteurs ont établi des parallèles avec d’autres nations nées en tant qu’Etats de colons, tels l’Irlande du Nord, Israël et l’Afrique du Sud (avant la fin de l’apartheid) – trois Etats, notons-le, dont l’idéologie fondatrice renvoie, comme dans le cas américain, au mythe du « peuple élu » de l’Ancien Testament. Aujourd’hui encore, alors que la suprématie blanche a été largement combattue et affaiblie (mais pas éradiquée), la question raciale reste une ligne de fracture dans la vie politique américaine.

Article mis en ligne le 18 juin 2017
logo imprimer



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2